Il y a dix ans, Sylvie Aubert sauvait ses lunettes...

Publié le par Raskol

Il y a une dizaine d'années, BFM radio s'implantait dans le paysage boursicotier et durant deux heures tous les jours de la semaine, Sylvie Aubert, délicat rossignol de la chose boursière, tenait en haleine tout un peuple de rentiers en rut. Je transcrivais pour la postérité.

L'original :

http://www.boursorama.com/forum-small-caps-sylvie-aubert-sauve-ses-lunettes-335885494-1

Le copier-coller :

... compte-rendu de l'émission du 12 avril 2005.

Sylvie Aubert était aux commandes du "J'en jette", hier et j'ai tout entendu. Elle allait nous parler de la vente à la bougie et sûr, ça allait fumer du portif. Mais comme mise en bouche, elle recevait un sérial lover de fonds de pension, un subtil de la plus-value qu'arrête plus, un brillantissime du "Je t'aime Pognon", un certain Patrick Certner. Patron d'Olympia, énorme fonds de fonds qui digère 4 milliards de dollars d'actifs, PC n'avait pas amené de bouquet pour Sylvie (une grosse larme a coulé derrière les lunettes du rossignol de printemps) mais tentait plutôt de lui refiler un bouquin sur la Bourse écrit par Gérard Vidalenche, spécialiste des avalanches chez Investir et accessoirement fondateur de ce magazine qui nous l'emploie, la Sylvie. Sylvie kiffait tout de même grave (merci patron), et embrayait direct sur la pensée de PC sur l'état du marché. Confiant, le Patrick. Certes le pétrole décolle, le dollar se barre en sucette, les taux d'intérêt ont un regain d'intérêt, mais dans l'ensemble tout va bien (refrain connu). Ses secteurs favoris au Patrick : d'abord la distribution, ensuite le joint de culasse, et finalement la boîte de vitesse, mais tout ça chez Carrefour. Pour les pneus, ya tout chez Casino. La construction, il aime aussi, et son truc c'est le code Da Vinci. Après un temps d'hésitation où l'on sent qu'il se tâte, se gratte un ptit peu... les cartes à puces (Oberthur Card). SA le relance parce qu'il est bien parti le Patrick, et comme la Sylvie s'en jette un derrière le cornet, ils font chorus sur Groupe Bourbon. Puis la belle Sylvie le branche sur 220 et il se met à beugler : Powéo !!!! Coupez, envoyez la pub !

On a nettoyé le studio et arrive Colette Neuville. Colette Neuville, c'est l'Eve de l'ADAM (association de défense des actionnaires minoritaires) c'est dire si elle a de la bouteille. Et pour elle, les comptes des sociétés ont souvent le goût d' bouchon. Aujourd'hui elle est venue gueuler pour que ces fainéants de petits actionnaires se bougent le fondement et squattent aux assemblées générales. Fini le scrabble avec la concierge, le nain jaune avec Madame Michu, la roupille devant Derrick le chat sur les genoux, faut vous bouger les ptits actionnaires !!! La Colette, elle rigole pas. Soudain, stupeur dans le studio, la Colette elle grimpe sur le bureau, sort de son chemisier Louise Michel un lance-roquette à tête chercheuse et commence à envoyer la purée. Quelques tronches éclatent en lambeaux, c'est l'apocalypse now. En ligne de mire, les dirigeants de sociétés qui s'en mettent dans les fouilles un max, Karl Marx, avec les attributions gratuites. Faut qu'ça cesse. Sylvie a sauvé de peu ses lunettes et parvient à calmer Super-Colette en lui refilant son Flanby. On a frisé la catastrophe. Re-pub !

Sylvie à peine remise de ses émotions enquille avec les zooditeurs en rut.

Josiane, huître perlière, nous a gentiment postillonné une question sur Idéal Médical. Tout est dans l'titre, tu peux y aller Josiane, l'implant rachidien c'est top-prothèse ! La même vient de faire construire et voudrait un avis sur Imérys. En béton, pour 2005 chantier dégagé, immeuble en forme de Tour de Babel, allonge les briques, mamy.
Puis viens René, bulot échappé d'la bourriche, qui s'est mis aux jeux Vidéo mais qui fait Tilt avec sa Gameloft. René, t'es Game Over. T'as encore une chance, mais faut qu'tu balances toute la sauce sur Ubisoft.
Enfin Didier, taupe à la traîne, est inquiet pour ses BioMérieux, une société qui fait dans le diagnostic clinique. Bio Mérieux c'est super spécial-vieux. Appuie sur l'bouton Didier, on va v'nir changer ton pistolet !

On passe aux choses sérieuses avec Afone, une société qui vous laisse sans voix, et son président de sagesse, Philip Fournier. On va enfin tout comprendre sur la Voix sur IP grâce aux explications du président. On sent qu'la Sylvie n'en perd pas une miette (un léger décrochement d'mâchoire se fait entendre), et le PF lui fait une démonstration.

- " Alors Sylvie, dans la main droite tu prends ta monétique que tu agites frénétique et avec la gauche tu tiens le téléphone. Surtout raccroche pas, c'est du hot-line ".

Et le président de lui affirmer qu'il est 3 fois plus gros du bénef que l'an dernier et que si cette année il pond pas 4 millions d'euros de résult qu'est net, il sera en berne du contentement. Sylvie laisse couler un filet d'bave, puis tomber l'téléphone, la monétique frénétique, remercie Phiphi et envoie la pub.

Voilà, je ne vous dis rien sur la vente à la bougie. Trop chaud. A découvrir sur le site de BFM (Sylvie Aubert - archives) pour en savoi
r plus.

En m'excusant pour les caricatures des participants de cette brillante émission. A suivre...

Publié dans Billets

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :