Le krach, le krach, le krach (2)

Publié le par Raskol

Le krach, le krach, le krach (2)

Il y a deux mois j'expliquais ma façon de voir un krach, les différences entre correction et krach, les signes avant-coureur d'un krach. Et ponctuellement tout pratiquant de la religion boursière se retrouve en face de cette divinité maléfique : le krach.

Si l'on en croît les chrétiens, les voies du Seigneur seraient impénétrables. Celles d'un krach ne le sont pas tellement moins. On sait - souvent à retardement - quand cela commence et on ne sait pas quand cela finit. Ainsi une correction peut être prise pour un krach, et un krach pour une correction. Les raisons d'un krach sont souvent fumeuses ou fumantes (le krach de 1987), parfois elles sont profondes et sérieuses (le krach nippon qui débuta en 1990).

Ce dernier krach est à mon sens le plus instructif. Songez que les cours du Nikkeï, l'indice japonais, sont encore à mi-chemin de ce qu'ils furent à leur plus haut d'il y a un quart de siècle. Pourtant la vie a continué au Japon, et financièrement parlant, nombre de sociétés ont tiré leur épingle du jeu et se sont comportées positivement d'un point de vue boursier.

Que vivons-nous actuellement? Sommes-nous dans une situation à la japonaise, celle d'il y a 25 ans?

S'agissant du Japon, je me souviens que les cours de bourse nippons avaient atteints des PER astronomiques. De toutes les façons, il fallait corriger. Mais la correction cachait un krach et les cours s'effondrèrent durablement. Le mal (économique) était plus profond que de simples considérations techniques.

Actuellement, aux Etats-Unis et plus encore en Europe, les PER sont dans la moyenne, même si c'est la moyenne haute des PER enregistrés à long terme. Une chute des cours durables anticiperait un renversement déflationniste de nos économies occidentales. Les chances - ou plutôt les risques - de vivre ce scénario ne me paraissent pas nuls.

Pour me répéter, et pour ceux qui seraient tentés de rentrer maintenant, il vaut mieux attendre de voir si c'est une situation durable qui s'installe ou une saute d'humeur sans lendemain. Dans un investissement quel qu'il soit la tendance générale prime sur toute autre considération.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :