RP10 : autopsie d'un échec

Publié le par Foglou

RP10 : autopsie d'un échec

Le RP 10 sera remarquable mais pas pour une raison qui me fera pavoiser. Premier portefeuille JTB à faire moins bien que l'indice de référence (dans ce cas le Dow Jones) et ceci depuis 12 éditions. Premier portefeuille de tous ceux que j'ai créés (une petite vingtaine) à faire moins bien que son indice de référence. Retour sur un échec, pour essayer de comprendre.

L'an dernier une des valeurs sélectionnées avait représenté un tiers de la hausse finale (Questcor avec + 113%) du portefeuille JTB. Cette année la valeur la plus en vue (Lear Corp) n'a pris que +27%. On ne peut pas faire une belle année sans une valeur-phare, une vedette.

Cette année, Micron Techno représente plus de la totalité du score négatif global (- 58% pour une baisse globale de -5.34%). Ai-je eu tort de choisir cette valeur et pourquoi?

La façon de procéder est toujours la même : je regarde le trend à 200 jours pour la constitution de portefeuille de 12 mois et je m'enquiers des perspectives de bénéfices futurs. Pour Micron Technology, il est vrai que le trend manquait de vigueur, mais ce qui a noyé le titre ce sont des prévisions totalement erronées de la part des analystes de CNBC. Beaucoup de mes résultats proviennent des analyses fondamentales. Le couple analyste technique basique et analyse fondamentale doit fonctionner à plein pour que le titre prenne le chemin escompté. Dans ce cas-là, et avec les données que j'avais, je ne pouvais que prendre l'eau. On ne peut pas faire une belle année avec des analyses peu fiables. Le problème est bien de parvenir à trouver des analystes qui ne se fourvoient pas totalement. Il faut donc ou il faudrait donc arriver à une notation des analystes en fonction de leurs prévisions et des réalités des résultats. Je prends toute information à ce sujet (ranking d'analystes financiers gratuits).

En examinant deux autres valeurs décevantes (Ryder et Ameriprise), je m'aperçois que tous ces choix manquaient d'ambition, qu'il s'agissait de choix mous, sans grands espoirs de percée. Des choix mous dans une tendance molle, des prévisions diamétralement opposées aux résultats obtenus pour un des dix titres : un score archi-décevant.

Il paraît qu'on apprend de ses erreurs. Je vais désormais regarder les prévisions de CNBC avec plus de circonspections. A suivre...

Publié dans Infos aux abonnés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :