Les leçons de l'escroquerie Madoff

Publié le par Foglou

Hier j'ai vu à la télé un documentaire sur l'escroquerie Madoff, la plus gigantesque escroquerie de l'histoire : 65 milliards de dollars soustraits, volatilisés.

Voici un "investisseur" qui jouait de sa notoriété (ex-président du Nasdaq) et avait bâti un gigantesque hedge funds, sorte de fonds commun de placement à l'américaine. Sans trop disséquer le sujet, j'ai par ailleurs lu qu'il promettait à ses clients un rendement de 17 %, ce qui est déjà en soi une escroquerie avant-coureuse.

Une fois qu'on a compris qu'on ne peut absolument rien promettre en bourse, on a compris l'essentiel.

Le reportage, qui restait accessible au commun des téléspectateurs, semblait indiquer qu'il avait un retour positif sur trade de 97 %. Autre impossibilité qui aurait dû mettre la puce à l'oreille à ceux qui se sont laisser berner. Selon les périodes on fluctue de 30 à 85 %, et sur ces quinze dernières années, ceux qui ont fait + de 70 % de trades moyen-long terme positifs ne sont pas légion.

Le troisième aspect que j'ai retenu, ce sont les noms des clients volés et surtout leurs fonctions. Beaucoup de banques dont la BNP, pour ne citer que celle que tout le monde connaît. Signe que la crédulité touche tout le monde.

Quelles sont les leçons à tirer de cette escroquerie qui a ruiné totalement certaines personnes ?

Vous devez vérifier ce qu'on vous dit par vous-même. Plutôt deux fois qu'une.

Qui vous dit ce qu'il vous dit ?

Plus la personne qui vous le dit est influente, davantage il faut se méfier. On a tendance à croire sur parole des gens qui ont pignon sur rue. Et plus le mensonge est gros, plus il fonctionne.

Les meilleurs investisseurs de l'histoire ont eu des hauts et des bas.

J'aime répéter à l'envi que le cours de la société de Warren Buffett, Berkshire Hathaway, n'a pas pris un seul petit buck sur une période de 10 années. Warren Buffet est pourtant cité en exemple comme étant l'investisseur le plus averti de toute l'histoire de la finance contemporaine. 

Et retenez surtout ceci : le risque boursier est loin d'être nul !